Guéshé Jamphel répond aux questions de Ven. Drolma et de Irène à propos de la Roue du Dharma.

Question : Est-ce uniquement pour les monastères ? Est-ce que cette roue peut être également placée au sein des centres du Dharma ?

Guéshé Jamphel : Il n'y pas de précédent au Tibet ni dans l'Inde ancienne tout simplement parce qu'il n'y avait pas de centres du Dharma et seulement des monastères. Néanmoins, ici en France, dans le centre de retraite de Sogyal Rinpoché, qui est un lieu laïc, il y a une telle roue.

Une chose intéressante à propos de cette roue est que dans les représentations retrouvées sur les anciens sites bouddhistes en Inde, telles qu'Ajanta et Ellora, la roue est de profil par rapport à l'entrée du temple. La façon dont nous la plaçons aujourd'hui tient de raisons esthétiques car cela donne un plus bel effet et nous rappelle qu'elle nous regarde, notamment les huit rayons.

Question : Quels peuvent être les bénéfices de la voir pour ceux qui ignore son sens ?

Guéshé Jamphel : Il est difficile d'affirmer qu'il peut y avoir des bénéfices juste à la regarder, de même, personnellement je ne pense pas qu'il y ait de nombreux bénéfices juste à regarder un stoupa (je dis cela car il est tout à fait admis dans le Bouddhisme d'exprimer son opinion). En Afghanistan, à Bâmiyân, plusieurs anciennes statues bouddhistes géantes ont été récemment détruites. La question est : est-ce que ces personnes ont accumulé des mérites en voyant ces statues ? Les chinois ont détruit un nombre incroyable de statues et d'objets sacrés; ont-ils accumulés des mérites ont voyants les objets qu'ils détruisaient ?

Il semble que sa Sainteté le Dalai Lama a également la même opinion. Dans un enseignement donné récemment à Tso Pema en Inde, il a fait allusion à la grande statue de Padma Sambhava située au milieu du lac. Sa Sainteté a dit : "Ce grand maître est toujours souriant, qu'il pleuve, qu'il fasse beau ou que les oiseaux piaillent au-dessus de sa tête. La statue ne parle jamais ni ne donne d'enseignement. Il est là assis juste souriant." Pourtant, le village proche est très pauvre. Aussi, quel est le bénéfice ?

Il y a aussi les Chinois qui ont produit des T-shirt et des jupes avec des représentations du Bouddha Shakyamouni, de Tchènrézi et d'autres divinités. Simplement en les portant et en les voyant, croyez-vous que l'on puisse accumuler des mérites ? Si un bouddhiste voit cela, la plupart du temps cela ne lui plaira pas.

Question : Quelle est la symbolique de la gazelle et de la roue placées au-dessus de la porte des mandalas ?

Guéshé Jamphel : Cela a exactement la même signification. Cela représente les enseignements du Bouddha. Le palais divin avec tous ses éléments qui représente les 37 harmonies de l'illumination. Cela est particulièrement vrai pour le mandala de Yamantaka et le sens peut être trouvé dans la longue sadhana. Par exemple, les deux cornes de Yamantaka représentent les deux vérités, les 34 bras avec le corps, la parole et l'esprit représentent les 37 harmonies de l'illumination et ainsi de suite.

Question : Sur certaines des gazelles, il n'y a qu'une seule corne. Que cela signifie-t-il ?

Guéshé Jamphel : Je n'ai jamais vraiment vu d'explications dans les textes. Mais si vous regardez de côté, vous verrez deux cornes en une.

Traducteur : Est-il vrai que les gazelles indiquent le lieu du premier enseignement du Bouddha à Varanasi ?

Guéshé Jamphel : Dans certains textes, il est dit que ces enseignements ont eu lieu dans une forêt où se trouvaient de nombreux méditants. C'était un lieu sauvage appelé "La Luxuriante Forêt de la Gazelle". Mais cela n'explique pas pourquoi nous avons deux gazelles. Si vous allez à Sarnath, près du site archéologique, vous avez un enclos avec des gazelles.

Pour résumer : Par cette explication, vous pouvez saisir l'importance de comprendre le sens des choses car sans une compréhension correcte aucun bénéfice n'est possible. Cela est particulièrement vrai car nous baignons dans l'ignorance. Aussi, il est fondamental de bien comprendre les choses !
Par exemple, parlons de quelqu'un qui prend refuge : si cette personne n'a aucune idée du refuge et de pourquoi cela est important mais qui cependant a une forte foi en les Trois Rares et Sublimes qui lui laisse penser que quoiqu'il lui arrive, qu'elle aille en enfer ou dans les royaumes supérieurs, cela est dû aux Trois Rares et Sublimes, que doit-on en penser ? Ce genre d'attitude qui consiste à porter la responsabilité de ce qui nous arrive sur des causes extérieures, cela est-il une attitude bouddhiste ? Ceci s'apparente plus à une relation à un Dieu créateur. Cette personne est-elle donc un vrai bouddhiste ? En fait, il serait très difficile de qualifier cette personne de bouddhiste car elle accepte les Trois Rares et Sublimes comme objet de refuge de la même façon que d'autres s'en remettent à un Dieu créateur.

C'est pourquoi, nous devons réellement comprendre ce que sont le Dharma, la Sangha et le Bouddha. Et sur la base de cette investigation et compréhension, nous pouvons générer la foi en les Trois Rares et Sublimes.

Question : Il y a d'autres enseignants qui prétendent que des mérites peuvent être obtenus simplement en regardant des objets sacrés.

Guéshé Jamphel : Lama Zopa Rinpoché, par exemple, met particulièrement l'emphase sur l'accumulation de mérites et enseigne de nombreuses méthodes. Il y a tellement de gens qui n'ont pas l'opportunité d'aller plus en profondeur c'est pourquoi il leur enseigne différentes façon de créer des mérites. C'est en fait un chemin qu'il offre à ces gens. Nous, de notre côté, nous étudions le Dharma c'est pourquoi nous devons faire des efforts pour bien comprendre les choses. Si nous ne développons pas ce type de compréhension, nos vies risquent d'être un peu vides de sens !
Lors du premier tour de la Roue du Dharma, le Bouddha a enseigné les Quatre Nobles Vérités. Ces enseignements sont destinés aux êtres de niveau intermédiaires, qui est le niveau de départ du Bouddhadharma. L'objectif principal au sein des Quatre Nobles Vérité est de générer le renoncement. Et si vous désirez vous engager sur le Mahayana vous continuez en générant la Bodhicitta et la sagesse qui réalise la vacuité. Vraiment, vous devez vous concentrer sur ces trois aspects : le renoncement, la Bodhicitta et la vacuité.

Si vous souhaitez bien comprendre ce qu'est le Bouddhadharma, vous devez vous concentrer sur les Quatre Nobles Vérités. Qu'est-ce que le Dharma ? C'est la vérité de la cessation et la vérité du chemin qui mène à la cessation et vous ne pouvez le comprendre qu'au travers des enseignements sur les Quatre Nobles Vérités.

Le principal aspect du Dharma est la vérité de la cessation. De quoi s'agit-il ? Concernant l'esprit, la vérité de la cessation signifie qu'une certaine partie des souffrances a été éliminée. Cela nous ramène à la définition de l'esprit : clair et connaissant. Le début de la vérité de la cessation signifie qu'au sein de l'esprit, une partie des souffrances a été éliminée. Comment cela est-il possible ? En poursuivant le chemin qui mène à la cessation.

Dans la première vérité, la vérité de la souffrance, ses quatre aspects (impermanent, nature de la souffrance, vide et sans soi) nous enseigne comment procéder sur le chemin. En nous concentrant sur les trois premiers, vous serez à même de comprendre le sens du non-soi. Si vous ne comprenez pas les trois premiers aspects alors le quatrième ne pourra pas être compris. Si vous réalisez le quatrième, alors vous pouvez voir Bouddha !

Ceci est relatif à la production dépendante (ou production interdépendante). Il y a une citation qui dit : "celui qui perçoit la production dépendante, perçoit la vacuité et celui qui voit la vacuité, voit Bouddha". Comment ? Vous comprenez que les phénomènes sont interdépendants et cela devient votre "raisonnement royal" ou logique pour réaliser la vacuité. Si vous réalisez la vacuité, vous comprenez aussi Bouddha et le chemin qui mène à l'éveil !

La nature de l'esprit est telle que quels que soient les obscurcissements, ils peuvent être éliminés, ce qui est le sens de la vérité de la cessation. Tout ceci peut être atteint grâce à la réalisation de la vacuité.

Question : Lors de notre récente retraite à Nalanda, il a été mis l'emphase sur la précieuse existence humaine. Ceci est un peu effrayant pour moi car si cette précieuse renaissance humaine est si rare, que peut-il nous arriver, nous qui essayons d'étudier le Dharma ? S'agit-il d'un enseignement pour débutant ou sa rareté s'applique à tous ?

Guéshé Jamphel : Vous êtes une nonne qui étudiez et faites au mieux de vos possibilités. Vous accumulez des mérites, ce qui signifie que si vous ne redevenez pas humain dans le futur, qui le pourra ? Bien que la précieuse renaissance humaine soit difficile, elle n'est pas sans raison ni cause. Je suis confiant sur le fait que nous avons tous accumulé les causes pour une prochaine précieuse renaissance humaine. Par exemple, nous ne commettons plus aucune des dix actions non-vertueuses, n'est-ce pas ?

Etudiant : Je ne suis pas si sûr de cela. Par exemple, les paroles blessantes sont vraiment faciles à commettre.

Guéshé Jamphel : Des actions telles que semer la discorde et les paroles blessantes ne sont pas des actes que nous commettons lourdement. Pour compromettre notre prochaine renaissance humaine, il faut que ces actes soient commis avec une très forte intensité.

FaLang translation system by Faboba